Vous êtes ici

Athlétisme : Préparation pour les Championnats d'Europe de cross-country

05 décembre 2018 - Fontainebleau (France)

Rencontre avec le brigadier Rénelle Lamote de l'Armée de Champions, et Yani Khelaf, membre du Pôle national de préparation Olympique, sur une séance de préparation en marge du 25e championnat d’europe de cross-country qui se tiendra le dimanche 9 décembre à Tilbourg (Pays-Bas).

Présentation

 

Rénelle : Brigadier Rénelle Lamotte, appartenant au Bataillon de Joinville. Je m’entraîne au CNSD depuis l’âge de 14 ans et ma discipline phare est le 800m.

Yani : Yani Khelaf. Membre du pôle espoir de Fontainebleau depuis maintenant 6 ans. Je suis également étudiant à l’IUT de Fontainebleau où je prépare un DUT Gestion des entreprises et des administrations.

 

De quelle manière est-ce que vous préparez la compétition ?

 

Yani : Nous nous préparons particulièrement depuis fin septembre, début octobre. On ne s’entraîne que pour cette échéance. On fait monter la forme petit à petit.

La préparation s’est déroulée en deux temps avec d’abord le cross de sélection à Lisses (Essonne) le 25 novembre. Ensuite, nous disposions d’un court laps de temps entre les deux pour se ré-entrainer sans forcément créer de la fatigue, mais le coach est là pour ça.

Rénelle : Pour ma part, je participerai au relais des Championnats d’Europe donc je n’ai pas eu besoin de course de sélection. Le sélectionneur de l’équipe m’a d’abord proposé d’intégrer l’équipe et une fois que j’ai eu accepté j’ai rejoint le reste du groupe pour me préparer avec eux. Je m’entraîne 2 fois par jour au CNSD et quand je ne suis pas sur piste, ou à la musculation, j’effectue des séances en nature, dans la forêt de Fontainebleau.

 

Les infrastructures du CNSD vous permettent-elles de préparer au mieux ce championnat ?

 

Yani : Je ne vois pas pour le demi-fond où il pourrait y avoir mieux en France. Depuis que je suis ici je n’ai jamais eu envie de partir. Autant pour les infrastructures en elles-mêmes, la piste en salle, la salle de musculation, la piscine ou le cadre avec la forêt, nous sommes dans notre élément pour le demi-fond.

Rénelle : Je ne me suis jamais entraîné à l’INSEP malgré la possibilité que j’ai eude le faire. J’ai préféré rester ici parce que les installations sont parfaites. Le bassin olympique est parfait pour s’entraîner.

Quand j’étais blessé je pouvais m’entrainer dans le CNSD. On a accès à toutes les infrastructures. La piste couverte est magnifique. Je suis ici presque 2 fois par jour. Comme le disais Yani c’est sûr qu’en France pour le demi-fond, pour moi c’est le meilleur spot d’entraînement. Les gens ne connaissent pas assez.

 

Comment allier entraînement et études ?

 

Yani : C’est assez compliqué mais j’ai beaucoup d’aides au niveau de l’IUT. Ils sont assez compréhensifs et m’aident au niveau des horaires d’entrainement. Mon emploi du temps me permet de m’entraîner au minimum une fois par jour.

 

Un mot pour terminer ?

 

Rénelle : On espère ramener une médaille au CNSD.

Yani : Représenter du mieux possible la France et le CNSD.

 

 

 

Yani Khelaf, Leila Hadji, Rénelle Lamote, Louis Gilavert