Vous êtes ici

JMME: l'équipe de France militaire de parachutisme

12-22 avril 2019 - Bouloc

L'équipe de France militaire de parachutisme s'est rassemblée du 12 au 22 avril 2019 à l'école de parachutisme Midi-Pyrénées à Bouloc-en-Quercy (82). L'objectif: préparer l'équipe sur trois disciplines, précision d'atterrissage, vol relatif et voltige, en vue des Jeux mondiaux militaires d'été (JMME) qui auront lieu du 18 au 27 octobre prochains à Wuhan, en Chine.

 

Avis à leurs concurrents: l'équipe engagée aux JMME totalise pas moins de 10 médailles d'or, 12 d'argent et 9 de bronze en compétitions internationales sur ces 2 dernières années. Interviews en exclusivité de certains d'entre eux!

 

Après s'être entraînés cet hiver en soufflerie, 9 sportifs ont effectué un stage intensif avec 8 à 10 sauts quotidiens lorsque les conditions météo le permettaient. Comme le souligne le major (Terre) Julien, directeur de l'équipe et conseiller technique militaire de parachutisme: "La France est la meilleure nation du monde aujourd'hui en parachutisme. L'équipe des JMME est interarmées et interministérielle avec la Gendarmerie, réunissant des parachutistes issus des forces, de l'Armée de Champions et le renfort de réservistes. Nous avons une parfaite synergie avec la Fédération Française de parachutisme (FFP) pour harmoniser les calendriers sportifs, soutenir la préparation et les objectifs de nos sportifs qui sont en équipe civile et militaire. "

 

Jacques Baal, coach de la FFP, est détaché pour soutenir la préparation des sportifs en PA et voltige. Il a fait sienne la maxime: "entraînement difficile, guerre facile": "On travaille en binôme avec le major Julien, on se complête. Je suis là pour travailler les fondamentaux, obliger les sportifs à être rigoureux, à s'adapter et analyser le milieu, le vent, la force et la stabilité de la masse d'air. L'approche mentale est également primordiale, la gestion du stress et des tensions liées à la compétition. Je suis assez exigeant, mais c'est pour leur bien, il ne faut jamais se reposer sur ses acquis. Le point d'orgue de la saison 2019 pour la fédération, ce sont les JMME, on compte obtenir de bons résultats chez les féminines et les hommes, en individuel comme par équipe."

 

En précision d'atterrissage (PA), l'adjudant (Air) Déborah Ferrand, championne du monde civile et militaire en titre, nous explique: "La PA c'est une affaire de stratégie, de pilotage pur, d'aérologie, savoir négocier avec les éléments. On saute en équipe de 5, on établit un étagement, une stratégie de largage, il s'agit de trouver le bon axe pour que chacun puisse travailler dans les meilleures conditions. Il faut se poser sur une cible de 2cm de diamètre, l'équivalent d'une pièce de 10 centimes d'euro et c'est le premier impact qui compte. Pour aller chercher les titres et les podiums, on a un solide esprit d'équipe, on se connait depuis longtemps, on est solidaires !"

 

En voltige, c'est le sergent-chef (Air) Thomas Jeannerot qui nous explique: "Plus jeune, j'ai voulu suivre les traces de Jacques Baal, notre coach actuel pour les JMME et Philippe Valois. Il est essentiel dans notre discipline d'être soudés et de transmettre nos connaissances. On a tout ce qu'il faut pour performer aux JMME. Nous serons notamment engagés en voltige, discipline qui consiste à faire 6 figures le plus rapidement possible, comme un sprint, départ à 2200m de l'avion avec une prise de vitesse d'environ 15 secondes où on atteint une vitesse d'environ 300km/h. On se place ensuite en position groupée pour garder cette vitesse et on réalise les figures. Le saut est filmé du sol par une caméra avec une longue vue. Un collège de juges chronomètre notre performance et ajoute des fautes si l'on n'a pas bien réalisé les figures. Le meilleur performeur est celui qui a le plus petit temps avec le moins de pénalités".

 

Concernant le vol relatif, le sergent-chef (Air) Jean Vignuales, son coéquipier de longue date, ajoute: "Je fais partie des plus anciens de l'équipe, j'essaie de transmettre aux plus jeunes mon expérience des grands événements sportifs et de la gestion de la saison. On sera aussi engagés en vol relatif à 4 (VR4), on répète le programme imposé au sol, sur des planches, avec le major Julien. On sera largués de l'avion à 3200m en compétition et évalués pendant 35 secondes, on répète dans les airs le cycle et on comptabilise le nombre de points. Pour qu'un point soit validé par les juges, il faut que tout le monde ait pris le bon grip et lâché au même tempo. La difficulté, c'est d'être le plus précis possible sur les déplacements, de voler serré, de gerer les différents taux de chute et d'être bien synchonisés avec nos coéquipiers."

 

Le caporal-chef David, vidéoman des équipes de VR4 masculin et féminin, explique: "Je suis le 5e performeur de l'équipe, ma mission est de filmer les figures de mes coéquipiers puis de donner cette vidéo au jury pour qu'il puisse juger la manche. A l'entraînement, mes images servent au coach pour debriefer, voir si les angles et les points sont bien faits. En compétition, si je ne ramène pas d'image, cela fait zéro pour l'équipe sur la manche."

 

Le brigadier (G) Léocadie Ollivier-de-Pury, spécialiste ès voltige, championne du monde, témoigne: "Le parachutisme requiert d'être discipliné et rigoureux, de savoir se remettre en question et de ne pas jouer avec sa sécurité et celle des autres. Aux JMME, pour les féminines, on est favorites en vol relatif, je remets aussi mon titre de voltige en jeu, remporté aux JMME de 2015. On a toutes nos chances au combiné PA et voltige et classement des Nations. On doit être au top niveau en individuel pour emmener l'équipe vers le haut, se concentrer sur notre performance pour l'équipe. A Bouloc, on a des phénomènes aérologiques et météorologiques pointus, des variations de relief qui nous poussent à optimiser notre expertise, bref de très bonnes conditions pour s'entraîner au sein de l'Ecole de parachutisme avec un hébergement également de qualité".

 

Le soldat (r) Marie Monate conclut: "D'autres stages sont prévus dans les semaines à venir en alternant pratiquement une semaine de stage et une semaine de repos. On a la chance d'avoir Jacques Baal multiple champion du monde en précision d'atterrissage et en voltige et le major Julien en vol relatif, également champion du monde. Le parachutisme demande de la discipline, de la cohésion et l'amour du sport, c'est grâce à ça qu'on est fortes! On est une magnifique équipe et je suis comblée d'appartenir à l'équipe de France militaire et civile, c'est un vrai honneur."

 

Bonne chance à nos bleus militaires pour la suite de leur préparation !

 

L'équipe présente sur le stage de Bouloc:

Major JULIEN : directeur EFMP

Adjudant (Air) DEBORAH FERRAND

Brigadier (G) LEOCADIE OLLIVIER DE PURY

Soldat (R) MARIE MONATE

Soldat (R) ADELINE DELECROIX

Major OLIVIER (ETAP)

Sergent-chef (Air) JEAN VIGNUALES

Sergent-chef (Air) THOMAS JEANNEROT

Caporal-chef  DAVID (CMA Pau)

Soldat (R) MATHIEU GUINDE